48

Je me réveille avec une lancinante douleur à la tête, et l'impression que mon ventre héberge Bagdad entier, bombes comprises. Le soleil n'est pas encore levé, mais j'ai une furieuse envie de vomir. Je veux me lever, mais sens un bras ferme autour de ma taille, et un long corps chaud collé à mon dos. Ahurie, je me retourne pour voir le visage d'Aaron qui dort comme un bébé. J'oublie ma nausée. Dans les bras de Morphée, Aaron semble totalement détendu. Il n'a plus cette froide possession de ses moyens, cet air ironique et narquois. Il semble apaisé, adouci. Son ventre se lève et s'abaisse à un rythme régulier, sa respiration est lente et profonde. Chacun de ses souffles laisse entrer l'air en lui. Je prends soudainement, devant ce spectacle paisible, conscience de la vie, qui anime mon corps, ainsi que le sien, et j'éprouve une bouffée de tendresse. Et seulement à ce moment, une chose me frappe. Pourquoi Aaron est-il en train de dormir dans mon lit ? En plus il prend toute la place ! Oh mon Dieu, à tous les coups je me suis encore bourré la gueule et j'ai couché avec lui... Comment il a pu abuser de mon ivresse ? Mais quel connard ! Moi qui lui faisais confiance ! Je suis vraiment trop stupide. Comment j'aurais pu savoir que c'était le genre de salauds qui profite des femmes saoules pour se les taper ? Je gémis, puis remarque la présence de nos vêtements respectifs, qui, bien que froissés par le sommeil, sont néanmoins tous en place. Je lâche un petit soupir de soulagement - au moins l'alcool ne m'a pas fait perdre la tête à ce point-là, et secoue la tête, incrédule devant tant de stupidité de ma part. Ma tendance prononcée à imaginer le pire tout de suite me perdra.

Blog de fakeasmile : « Fake a smile », 48

J'ai du m'endormir pendant qu'il était là, et lui aussi. Par contre Ashley, Nate et Pietro vont penser qu'on a couché ensemble, à tous les coups. Bon, tant pis, ça à la rigueur, c'est le moindre souci. Oh mon Dieu, faites qu'il ne se réveille pas maintenant, je suis toute décoiffée, mon mascara a du couler, je dois être affreuse ! Je me sens stupidement confuse, j'ai l'impression d'être revenue à mes quatorze ans. Bravo Mary pour ta maturité à l'égard du sexe masculin. Et tu te plains d'enchaîner les erreurs sentimentales. Pauvre fille. Comme on fait son lit on se couche. Aaron gémit et bouge, puis ouvre les yeux et fait presque un bond en arrière. Je réalise alors que j'étais en train de le fixer, à environ dix centimètres de son visage, ce qui doit être singulièrement perturbant au réveil.
« Il est quelle heure ? Grogne-t-il en se frottant les yeux.
- Quelque chose comme quatre heures.
- Oh mon Dieu, et il faut que je me tape la route jusqu'à chez moi à pied...
Visiblement, le fait de s'être endormi en me tenant comme une peluche dans mon lit ne le perturbe en rien. Ça doit lui arriver souvent. Un malaise s'empare de moi quand je me demande avec qui.
- Tu peux finir ta nuit ici, je vais pas te manger.
- J'en doute, ironise-t-il (provoquant un rougissement stupide de mes joues), avant de me sourire. Merci de ton hospitalité Mary.
Et à ce moment, Aaron commence à... se déshabiller. Je le regarde, médusée. Ça va, c'est la fête au village ! Je détaille néanmoins le corps dévêtu du jeune-homme (Ben quoi ? Autant en profiter non ?), et me sens troublée. Allons, Mary, ce n'est quand même pas la première fois que tu vois un homme torse nu, ressaisis-toi ! Mais je ne peux m'empêcher de poser les yeux à la dérobée, comme le ferait une gamine, sur sa poitrine, ses biceps, et... d'apprécier le spectacle.

Blog de fakeasmile : « Fake a smile », 48

Du calme. Je suis un modèle de sérenité. À l'évidence, ce mantra est parfaitement inefficace. Puis, sans la moindre gêne, il enlève son pantalon. Contrôle de ses émotions. Mon regard se pose sur son caleçon et je constate qu'il a l'air... Bien bâti. Ne pas rougir, ne pas rougir, ne pas.. Et merde. Heureusement qu'on est dans le noir. Mais pourquoi il me perturbe autant ? Ridicule. Je suis tout simplement ridicule. À vingt-trois ans, je réagis comme si j'en avais quatorze. C'est moche.

- Tu dors en robe du soir ? Raille Aaron.
- Mon pyjama est trop laid pour que j'ose te le montrer.
- Mets-toi toute nue alors. »
Quoi ? Aaron qui dit ça ? On croit rêver. Où est passé le gentleman que je crois connaître ?
« Ça te ferait trop plaisir ! Je rétorque, en sentant mes joues brûler.
- Tu connais l'humour, Mary ? Ah, vous les femmes... »
Je finis quand même par enfiler le pyjama le moins hideux que je possède - propre, de préférence, et me couche à côté d'Aaron, qui a eu la bonne idée de s'allonger en étoile au milieu de mon lit, ne me laissant que peu de place.
Une demi-heure plus tard environ, je commence à sombrer dans le sommeil quand je sens la main d'Aaron caresser ma taille, et son bras enlacer mon ventre. Il se colle tendrement à moi, comme si de rien n'était.
« Mary ? Grommelle-t-il, la voix ensommeillée.
- Hmmm ?
- Bonne nuit. »

mardi 25 décembre 2012 18:30



1 Fan

Aucun commentaire pour l'article: 48



Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (50.16.130.188) pour vous identifier.     



fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à fakeasmile

Vous devez être connecté pour ajouter fakeasmile à vos amis

 
Créer un blog